Voici la composition du conseil municipal au lendemain des élections de novembre 2017 :

 

Voir notes[1],[2],[3]

Il y a donc douze conseillers indépendants et trois conseillers « ERD ». On constate que deux arrondissements n’ont élu aucun candidat d’un parti politique.

Si on consulte le site web de la Ville de Saguenay, on compte près de quarante comités dont quatorze n’ont aucun représentant de l’ERD. Parmi les autres on en dénombre seulement huit qui sont présidés par un membre de l’ERD. À l’exception du conseil municipal et du comité exécutif, la mairesse n’est présidente que d’un comité, soit celui de la Commission ville intelligente. Elle est toutefois membre d’office de tous les comités mais elle a opté d’être un membre assidu aux Travaux publics et au comité d’Aménagement du territoire, génie et urbanisme (CAGU). Ces comités se rapportent au conseil municipal.

Et qui donc doit être le grand décideur dans cette ville? LE CONSEIL MUNICIPAL!

« Lorsque vous siégez au conseil municipal[4], vous représentez légalement votre municipalité. Avec les autres élus, vous déciderez collectivement des orientations à adopter pour atteindre certains objectifs ou pour résoudre des problèmes ». Généralement une majorité des élus présents est suffisante pour l’adoption d’une résolution ou d’un règlement. Donc, personne, ni même la mairesse, ne peut décider seul. Quel que soit ce qui les motive, l’imputabilité des décisions du conseil municipal revient à chacun de ses membres. Avis à certains médias d’information qui ont tendance à tout focaliser sur la mairesse (même le calendrier de collecte des ordures!) alors que les représentants de son parti sont actuellement nettement minoritaires. Dans un tel contexte, on comprend que c’était d’autant plus mal venu de pousser des projets personnels sans s’assurer que tous les membres du conseil aient pu en débattre.

Quoique son rôle soit très important; elle préside les réunions du conseil et, à ce titre, elle « doit veiller au maintien de l’ordre et du décorum[5] » et elle « dispose également d’un droit de surveillance, d’investigation et de contrôle à l’égard des affaires et des employés de la municipalité[6] ». Toutefois, le « je, me, moi » est à proscrire. Un maire, d’autant plus un président d’assemblée, n’a pas de pouvoir absolu. C’est son leadership qui doit primer.

Malgré tout, si on se fie au site Web[7] de l’ERD, la liste des réalisations qui découlent de sa plateforme électorale est impressionnante : « En situation minoritaire au conseil, rien de tout cela n’aurait pu se réaliser sans le soutien et le travail des conseillers indépendants qui ont individuellement appuyé et participé aux dossiers répondant à leurs propres convictions et à leurs propres valeurs » mentionne-t-on en préambule. Sans la préparation et la mise en œuvre de ce programme, quel plan les élus auraient-ils pu utiliser pour gouverner cette ville? Une bonne gouvernance ne se résume pas à la réalisation de quelques projets majeurs mais aussi à un lot d’actions qui rendent l’environnement social plus intéressant. Oui, il est de bonne guerre, entre les partis et les candidats, de critiquer le gouvernement en place et de voir les médias rapporter leurs propos.

Mais la population aura-t-elle droit à une couverture journalistique objective pour tracer un portrait tant des bons que des mauvais coups de nos élus et  pour amener le débat à un autre niveau que la simple annonce de la candidature de certaines personnalités?

————————————————————

[1]  Le seul conseiller membre du PCS (Parti des citoyens de Saguenay) a démissionné comme membre de son parti tout juste après les élections.

[2]  Un conseiller membre de l’ERD (Équipe du renouveau démocratique) a démissionné en novembre 2020. Pour fins de ces chroniques il peut donc être encore considéré comme membre de l’ERD.

[3] Un conseiller indépendant a démissionné et a été remplacé par un autre conseiller indépendant.

[4] Guide d’accueil pour les élus municipaux, MAMH, 2020, page 5

[5] Idem, page 69

[6] Idem, page 5

[7] https://www.erdsaguenay.com/realisations/  (Tableau de près de 40 pages)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.