Savez-vous que le père Crespieul (1638-1702), à qui on doit l’érection de la première chapelle à Chicoutimi en 1676, a publié un recueil[1] (Pretiosa Mors) d’éloges à l’égard de 56 illustres Algonquiens et Montagnais demeurant sur le territoire de la mission de Tadoussac, à laquelle se rattachait la mission St-François-Xavier de Chicoutimi. Crespieul y rend, entre autres, hommage à Louis Kestabistichit. En voici quelques extraits : 

« Louis Kestabistichit, chef de Chicoutimi qui, à son retour de la guerre contre l’Iroquois où il avait fait merveille, s’étant acquis l’estime de Monsieur Le Marquis de Denonville et l’affection de tous les Français et des Amérindiens, étant tombé malade au pays, il fut amené à Sillery, où les RR PP Jacques et Vincent Bigot l’assistèrent et, lui ayant administré les derniers sacrements, l’enterrèrent fort honorablement ». 

« C’est l’unique consolation qu’il me reste de cet intime ami et bon chrétien qui, le premier avec François Piresi8it et Ignace 8kechtis, mena le R. P. Charles Albanel à la Baie d’Hudson en l’an 1671, et qui, depuis 12 ans, m’a rendu toutes sortes de services dans ces Missions   et (dans) nos trois églises pour lesquelles il a toujours travaillé, et qu’il a beaucoup améliorées, surtout celle de St-François-Xavier de Chicoutimi ».  

« Il alla aussi chercher, au bout du portage d’une grande lieue, la femme de J.-B. 8chti8anich, fort malade, l’amenant sur ses épaules avec la même charité qu’il avait rendue au frère Malherbe et ce, la même année qu’il mourut. » 

Tout comme le père Laure qui marchera dans ses pas en 1720, les missionnaires avaient un profond attachement à ce peuple qui nous a précédés sur ce territoire et dont il faudrait souligner plus souvent le courage de vivre sur une terre qui était alors si inhospitalière.  

[1] Introduction, présentation, traduction et note de LÉO-PAUL HÉBERT en 2006. Depuis la cabane de Louis Kestabistichit, chef montagnais, 29 mars 1686, MORT PRÉCIEUSE (traduction du latin PRETIOSA MORS) de certains illustres Algonquins et Montagnais de la mission jésuite de Tadoussac, depuis l’année 1671 ; par le P. François de Crespieul, à qui ladite mission fut confiée, cette année-là, par le R. P. Claude Dablon, supérieur. (On se rappelle que Dablon est le premier missionnaire à mentionner le nom Chicoutimi en 1661).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.