Après vingt ans, il y a certaines personnes qui véhiculent encore que Chicoutimi, avant la fusion, était en difficulté financière et cela serait la raison pour laquelle le maire de Chicoutimi, Jean Tremblay, favorisait tant la fusion avec sa voisine Jonquière.

Les faits appuient-ils de tels propos?

2001 - Analyse comparative de l'endettement: Chicoutimi, Jonquière et La BaieVoici les données recueillies des rapports financiers publiés pour 2001 par le ministère des Affaires Municipales[1].

À la lumière de cette information, Chicoutimi était-elle en plus grande difficulté financière que Jonquière ou La Baie?  Si on considère toute dette municipale à long terme comme un handicap, oui, Chicoutimi était plus endettée que Jonquière, mais elle l’était moins que La Baie. Quant aux autres municipalités, les services offerts à la population étaient moindres que dans les municipalités plus populeuses, ce qui explique leur bas niveau d’endettement.

Cela étant dit, considérant qu’il y a des actifs rattachés à cette dette (on n’observait pas encore, dans ces années, un endettement pour l’épicerie) on ne peut vraiment pas parler d’une « difficulté financière ». D’autant plus que l’écart entre Chicoutimi et Jonquière était inférieur à 40 $ par habitant.

Je doute que cet endettement soit la raison pour laquelle le maire voulait fusionner avec Jonquière. Ce peut être toutefois les revenus considérablement plus élevés[2] de Jonquière qui ont pu attiser son envie de fusion. 

2001-2026 Perspective de la population au Saguenay-Lac-St-JeanComment se fait-il que les autres municipalités étaient si réfractaires à la fusion?  En 2001, nos chers élus étaient certainement au courant des perspectives économiques peu reluisantes pour la région. L’institut de la statistique du Québec prévoyait une baisse démographique importante due au solde migratoire et à l’accroissement naturel, tous deux négatifs[3] (graphique ci-contre). La rationalisation et les fermetures d’usines étaient dans l’air. Les diminutions importantes de capacité, en 2001, à l’usine d’Abitibi-Consolidated à Port-Alfred, la baisse des emplois et de la production à la cartonnerie Cascades de Jonquière, la fusion d’Abitibi-Price de Jonquière avec la Stone-Consolidated en 1997 étaient autant de signes avant-coureurs d’une débâcle de l’industrie du papier. Du côté de l’aluminium, l’Alcan multipliait les initiatives de fusions perturbées par le protectionnisme européen. Les fusions « de rationalisation » entre les industries n’inauguraient rien de bien encourageant pour l’avenir des municipalités à prédominance industrielle.

Il était clair que malgré les bons résultats financiers de Jonquière, les perspectives économiques ne paraissaient pas aussi réjouissantes. Quelques années plus tard, les pires craintes se matérialisèrent : fermeture définitive de la Consol à La Baie, fermeture définitive de la cartonnerie à Jonquière, fermeture de machines à papier à Jonquière, stagnation des investissements dans le domaine de l’aluminium à Arvida.

Que seraient devenues Jonquière et La Baie s’il n’y avait pas eu de fusion? Qu’y a-t-il eu de changé pour les quatre municipalités rurales? Quelle agglomération, de Jonquière, Chicoutimi ou La Baie, est la plus génératrice de richesse foncière et d’emplois actuellement?

On est en droit de se poser de sérieuses questions sur la pertinence de cette fusion. Oubliez les raisons d’économie d’échelle si on se fie aux propos du ministre des Affaires municipales, M. Victor Goldbloom, lors des premières fusions en 1975 :

« On trouve des choses dont une plus grande ville peut se doter et dont les moins grandes ne sont pas capables. Il y a donc des coûts additionnels. C’est en reconnaissance de ces coûts additionnels qu’on prévoit les subventions pour les municipalités plus importantes et pour la fusion elle-même, s’il y a des projets qui sont nécessaires[4] ».  Malheureusement on ne s’en est pas tenu aux besoins essentiels et la dette a plus que doublé même après avoir tenu compte de l’inflation (voir tableau ci-dessus).

Oubliez la possibilité de connaître si cette fusion a été rentable si on se fie aux propos tenus par M. Denis Bédard[5] président de la commission sur la fiscalité municipale dont découle la fusion de 2002 :

« Le vrai bilan de cette réforme ne pourra probablement jamais être réalisé », regrette M. Bédard.

Donc, a-t-on changé « quatre trente sous pour une piastre » ou pire «pour cinquante sous » si on se base sur l’augmentation de la dette, dans cette aventure qui nous a fait perdre notre identité? Aurions-nous eu un meilleur résultat avec le maintien des municipalités existantes et la création d’une instance supramunicipale pour le territoire du Haut-Saguenay qui était la solution B[6] pour les regroupements municipaux?

Une chose est certaine, cela ne peut continuer sans une remise en question significative.

 

[1] Il y a quelques années, j’avais téléchargé une partie seulement des données fournies par le ministère soit l’endettement.  Le MAMOT ne publie plus les résultats antérieurs à 2012. Il m’est donc impossible de récupérer les données concernant les revenus et les charges pour l’année 2001.  Je dois donc me borner à l’information disponible.

[2] Le Quotidien, 3 avril 2001, Endettement de Chicoutimi « Un peu plus de 75 M$ pour l’année 2000 »…« Avec des revenus totalisant 76,4 M$ ». Le Quotidien, 29 mai 2001, « Jonquière aurait pu hausser son surplus », « On note des revenus de 97 M$ », commentaires sur le rapport financier de l’année 2000.

[3] Heureusement ces prévisions ne se sont pas avérées si pessimistes. Dans la mise à jour de 2021, on prévoit encore que la population de la région va baisser de 17 000 personnes dont 7 000 pour la ville de Saguenay d’ici 2041 (Bulletin sociodémographique Volume 25, numéro 5 | Juin 2021 Mise à jour 2021 des perspectives démographiques du Québec et des régions, 2020-2066, tableaux 3 et 4).

[4] Projet de loi no 98 — Loi concernant certaines municipalités de l’Outaouais et du Haut-Saguenay – Assemblée nationale du Québec (assnat.qc.ca). Commission parlementaire, Le 19 décembre 1974 – No 205, page B8520

[5] Vingt ans plus tard,  l’impossible bilan des fusions municipales, La Presse, Denis Lessard, le 16 janvier 2022

[6] Pacte 2000, Rapport de la commission nationale sur les finances et la fiscalité locales, page 272.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.