Tout le monde connaît Sherbrooke, cette ville de l’Estrie, à laquelle il est inutile d’accoler le nom « Ville » pour la distinguer. Au cours du XXe siècle, tout comme la région du Saguenay-Lac-St-Jean avec les industries de l’aluminium et du papier, celle de l’Estrie, et plus particulièrement Sherbrooke, connaît une ère industrielle remarquable dans les domaines de l’acier et du textile. Mais toute bonne chose ayant une fin, la désindustrialisation et la rationalisation des industries fauchèrent les emplois dès la deuxième moitié du siècle. Au moment des fusions, en 2002, chacune des deux villes issues des fusions, Sherbrooke et Ville de Saguenay, possédait son évêché, son université, son Centre hospitalier universitaire, son aéroport et ses deux collèges.

Qu’en est-il vingt ans plus tard?

Jetons un coup d’œil aux deux tableaux suivants :

Évolution de la population de la Ville de Saguenay et de Sherbrooke 2002-2022

Évolution de l'endettement des villes de Saguenay et de Sherbrooke 2003-2020

  • De 2002 à 2022, la population de la Ville de Saguenay a diminué de 3 600 habitants alors que celle de Sherbrooke a augmenté de 33 300 habitants.
  • Malgré une augmentation de la population de 24%, Sherbrooke connaît, entre 2003 et 2020, une augmentation de son endettement à long terme inférieure à celle de la Ville de Saguenay.

À quoi peut-on attribuer ce phénomène?

Sa situation géographique a pu certainement contribuer à son développement économique. Mais il y a d’autres causes. Depuis au moins 2009, Sherbrooke s’est dotée d’une vision de développement économique qui s’est concrétisée par l’identification de « cinq filières-clés qui englobent des entreprises et des institutions de recherche qui forment un écosystème générateur d’emplois, d’innovations et de richesse collective. Celles-ci ont été identifiées en fonction de la masse critique en recherche et du nombre d’industries et d’emplois qui y sont rattachés[1] ». Les maillages entre les institutions d’enseignement, les centres de recherche et les industries d’une même filière-clé ont créé une synergie qui semble donner des résultats probants. Ces filières-clés n’ont rien à voir avec les 6 secteurs-clefs[2] de la Ville de Saguenay, qui s’appliquent plutôt à l’ensemble de la région lorsqu’on consulte le site Web et qui, de surcroît, devraient être beaucoup plus spécifiques.

Mais il y a plus que cela. Sherbrooke s’est dotée d’une structure organisationnelle adéquate pour assurer le développement de l’industrie, du commerce et du tourisme. Chaque secteur – industrie, commerce et tourisme – est dirigé par un organisme indépendant qui a son propre son conseil d’administration. Cette structure a constamment évolué. La pandémie n’a pas ralenti les dirigeants de Sherbrooke qui ne cessent de chercher à s’améliorer pour encore mieux encadrer tous les intervenants dans le développement économique. De la fin de 2019 à janvier 2022, plus de 20 rapports ont été  publiés, totalisant plus de 500 pages, allant de la réorganisation, en passant par les crédits de taxes et un code d’éthique pour les membres des conseils d’administration. Inutile de vous dire qu’il est impossible de vous en donner un portrait exact dans cette chronique. Je vous propose de prendre connaissance de l’organigramme, à l’annexe A, pour vous donner une petite idée de l’effort que Sherbrooke apporte pour le développement économique sans qu’il n’en coûte plus cher aux contribuables, soit 9 M$. L’argent est tout simplement mis à la bonne place. Sherbrooke s’est dotée de zones spécifiques[3] pour l’innovation, d’un Quartier général[4] et d’un Centre de Foires[5]. Contrairement à l’organigramme de la Ville de Saguenay, annexe B, on n’y retrouve aucune activité qui déborde de la mission première, soit le développement économique. Donc pas question de gestion d’aéroport, de navettes ou de quai de croisières.  À titre d’exemple, Innopole Sherbrooke compte dix-neuf conseillers ou chargés de projets alors que Promotion Saguenay  n’en compte que deux pour son secteur industriel.

Est-ce la solution pour Promotion Saguenay? Peut-être! Du moins peut-on utiliser ce modèle comme base à la réflexion sur sa vision, sa mission et son organisation. Il serait sage de connaître plus à fond la méthodologie et les principes sous-jacents retenus par Sherbrooke pour la mise en place de son organisation chapeautée par son Bureau de coordination du développement économique[6].

Jacques Pelletier, 22 février 2022,

Annexe A

Sherbrooke, organigramme du Bureau de coordination du développement économique

Annexe B

Ville de Saguenay, organigramme de Promotion Saguenay

[1] https://sherbrooke-innopole.com/filieres-cles/quest-ce-quune-filiere-cle/

[2] https://promotion.saguenay.ca/

[3] Zone d’innovation de Sherbrooke — Sherbrooke Innopole (sherbrooke-innopole.com)

[4] Quartier général de l’entrepreneuriat (QG) – YouTube

« La Ville de Sherbrooke regroupe les services de soutien aux entrepreneurs dans un seul et même lieu, au cœur du centre-ville. Ce guichet unique de services aux entrepreneurs favorise l’innovation et la créativité, simplifie les actions et accroît les interactions tout en encourageant une culture entrepreneuriale forte. Situé dans un bâtiment moderne, le QG est la première pierre vers une zone d’innovation à la hauteur du leadership de Sherbrooke ».

[5] Événements | Centre de Foires de Sherbrooke (centredefoiressherbrooke.com)

« Le Centre de foires de Sherbrooke a tout pour plaire aux organisateurs de salons et expositions de toute envergure! Doté de 60 000 pieds carrés de surface d’exposition, le Centre de foires de Sherbrooke possède des installations ultramodernes, polyvalentes et modulables ».

[6] Bureau de coordination du développement économique | Ville de Sherbrooke

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.