Ce n’est pas moi qui le déclare, c’est nulle autre que la députée de Chicoutimi et ministre des Affaires municipales.  Voici ce que rapporte la journaliste Mélanie Côté dans une « Longue entrevue avec Mme Andrée Laforest » parue dans Le Progrès de ce samedi 17 décembre 2022 :

« Les villes, ce sont des gestionnaires, et nos gestionnaires, les maires et mairesses, sont capables de diversifier leurs revenus, mais encore là, il y en a qui n’osent pas le faire ».

De simples gestionnaires les maires et les conseillers? C’est quasiment insultant. De grosses nuances s’imposent.  Au départ, les villes avaient été créées par le gouvernement du Québec pour fournir à leurs citoyens les services de bases : aqueduc, égouts, ramassage des ordures, sécurité, infrastructures routières. Mais les choses ont changé et plus particulièrement depuis 2002.  De nouvelles responsabilités se sont ajoutées telles l’environnement, le développement économique, l’aménagement urbain, la collecte sélective des déchets et j’en passe.  D’ailleurs le ministère des Affaires municipales est très explicite à ce sujet :

« Le conseil municipal représente les citoyennes et les citoyens et prend les décisions sur les orientations et les priorités d’action de la municipalité ».

WOW! On passe à un autre niveau. Qui sont les gestionnaires dans la ville? Les vrais gestionnaires sont plutôt la haute direction de la ville. Quant aux élus, ce sont avant tout des ADMINISTRATEURS QUI DOIVENT GOUVERNER LA VILLE. Décider des orientations et des priorités est une responsabilité qui revient à un conseil d’administration, en l’occurrence le conseil municipal.

Mais normalement un conseil d’administration prend des décisions en fonction des leviers de financement à sa disposition et les utilise judicieusement. Sur ce point, je suis d’accord avec Mme Laforest que les élus prennent trop de décisions financières électoralistes. Je reviendrai sur ce point dans ma chronique sur le budget au début de janvier.

Certaines villes se plaignent les poches pleines. Dans le cas de la Ville de Saguenay, celle-ci a été si mal conçue en 2002 que la solution à son financement n’est pas d’obtenir plus de levier de taxation mais une réforme complète de sa structure. Un gouffre sans fond que de tenter de financer cette ville. Les conseillers municipaux ainsi que la ministre des Affaires municipales connaitront mon opinion à ce sujet à la prochaine séance municipale en janvier 2023.

Cette chasse à de nouveaux moyens de financement peut en partie être due aux nouvelles responsabilités qu’on leur a données, mais j’estime qu’il y a des élus qui veulent se constituer des « petits royaumes » et qui n’auront jamais assez d’indépendance vis-à-vis le provincial. En général les conseillers municipaux ne comprennent pas suffisamment leur rôle. Leur quartier avant tout, le reste c’est le problème de la mairie. Un manque flagrant de maturité politique. Ils ne réalisent pas qu’au conseil municipal leur vote et leur droit de parole pour n’importe lequel sujet ou projet est aussi important que la parole ou le vote du maire ou de la mairesse.   

Nous a-t-on vraiment donné, depuis vingt ans, un portrait réaliste de cette ville?

Un petit mot sur le stationnement de l’Hôpital de Chicoutimi.

Je pense qu’il est tout à fait raisonnable que les élus et les citoyens se questionnent sur un projet qui peut détruire à tout jamais l’accès à un paysage unique dans la région. L’affaire est assez sérieuse qu’il faut s’assurer que les croquis, maquettes ou images virtuelles représentent fidèlement les affirmations des autorités responsables de ce dossier, incluant la ministre Laforest. Il faut prendre le temps de bien faire les choses. Pourquoi toujours brandir la menace d’un arrêt du projet? Je vous gage que les délais dans ce projet seront beaucoup plus importants pour des raisons de problèmes de construction et d’approvisionnement.

 

 

 

 

 

 

Un commentaire sur “« Les villes, ce sont des gestionnaires » dixit la ministre des Affaires municipales”

  • Tout à fait d’accord.
    Le jugement et la compétence de cette ministre laissent à désirer.
    Et dire qu’elle fut élue comme la meilleure des meilleurs. Ahurissant.
    Mais elle sait soigner son image de marketing.
    Toujours sa face dans les médias pour annoncer 100$ de subvention de son bon gouvernement et son monsieur Legault. Elle sait y faire.
    Confondre ainsi les gestionnaires et les administrateurs d’une Ville, après un premier mandat à la tête du ministère des Affaires municipales, ça dépasse l’entendement.
    Quand cette ministre se prononce sur un sujet, si ce n’est pas à titre de perroquet de Lego, elle mutiplie les exemples de son incompétence.
    Et elle se permet en plus de faire la morale et de se prononcer sur l’importance de bien communiquer.
    Joyeuses fêtes à vous deux.
    ML

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *