Des créneaux intéressants pour le développement économique de la ville? Hum!

Le ministère de l’Économie et de l’Innovation a mis sur pied le programme Accord. Fondés sur des compétences spécifiques reconnues, les créneaux d’excellence ACCORD développent une image de marque pour chacune des régions du Québec afin qu’elles rayonnent sur les plans national et international. Un créneau d’excellence[1] se définit comme un ensemble d’entreprises d’une même région menant des activités économiques interreliées. Ce regroupement vise à se démarquer par rapport aux autres régions et sur les marchés internationaux et ce, grâce aux compétences qui lui sont propres.

Le Programme d’appui au développement des secteurs stratégiques et des créneaux d’excellence vise à appuyer financièrement la réalisation de projets ou d’activités des créneaux et des pôles d’excellence. Il est donc intéressant de développer ces créneaux. Dans le cas du SLSJ, il y a quatre créneaux qui ont été retenus : AgroBoréal, Drones civils et commerciaux, Tourisme d’aventure et écotourisme et Transformation de l’aluminium. Il ne faut donc pas oublier que les créneaux d’excellence ont été attribués à toute la région.

Voici ce que le SADR déclare[2] à propos de ces créneaux :

AgroBoréal

« L’industrie bioalimentaire[3] regroupe l’ensemble des activités économiques reliées à la production agricole, aux pêches et à l’aquaculture, la transformation des aliments et des boissons, la commercialisation et la restauration. Selon l’étude d’Éco Ressource (2017), le secteur agricole pourrait croître de 30 % entre 2016 et 2025 pour l’ensemble du Québec. Saguenay compte une soixantaine d’entreprises de transformation agroalimentaire qui se démarquent et créent à elles seules environ 1 000 emplois ».

« Véritable vitrine nationale des produits et du savoir-faire boréal, Saguenay entend consolider le rôle de l’agriculture boréale et des activités agroalimentaires comme pilier économique de la ville[4] », nous prêche la Ville.

Or ces entreprises n’œuvrent pas nécessairement « au sein des filières issues d’une agriculture empreinte des caractéristiques boréales[5] ». Lorsqu’on relève les principaux partenaires[6] dans ce créneau, la très grande majorité de ceux-ci sont localisés à l’extérieur de la ville de Saguenay. Secteur intéressant mais dont la Ville ne retire, pour l’instant, que des retombées indirectes.

Drones civils et commerciaux

« Le créneau d’excellence sur les drones (avions sans pilote) civils et commerciaux regroupe, par l’intermédiaire du Centre d’excellence sur les drones (CED), situé à Alma, l’ensemble des acteurs industriels, commerciaux, techniques, scientifiques et gouvernementaux de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean ».

Ce créneau est essentiellement axé sur le CED d’Alma. Il ne peut donc être la « vache à lait » de la ville de Saguenay à court ou moyen termes. En 2007, le Centre de géomatique du Québec (CGQ)[7], en partenariat avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), l’entreprise VISIONAir UAV de La Baie, le département de technologie forestière et le Centre québécois de formation en aéronautique (CQFA) du Cégep de Chicoutimi envisageait déjà, comme première étape, de réaliser un projet de recherche portant sur l’expérimentation de drones dans le suivi des activités d’aménagement forestier. Il serait intéressant de savoir pourquoi la filière drone s’est ensuite déplacée vers Alma.

Tourisme d’aventure et écotourisme

« Le tourisme d’aventure et l’écotourisme représentent des piliers de l’activité économique du Saguenay-Lac-Saint-Jean et le fer de lance de son industrie touristique. Se caractérisant par la plus grande concentration régionale d’entreprises évoluant dans ce secteur au Québec, la région fait très bonne figure en ce qui a trait à la place qu’elle occupe sur le marché européen francophone et sur les marchés nord-américains anglophones »… « Faire du tourisme d’aventure et de l’écotourisme du Saguenay−Lac-Saint-Jean un secteur clé reconnu internationalement ».

Une fois de plus, les entreprises œuvrant dans ce créneau sont disséminées à la grandeur de la région.

Jusqu’à maintenant, on constate qu’aucun de ces trois créneaux ne peut s’identifier pleinement à la Ville de Saguenay. Celle-ci peut certes profiter de certaines retombées mais rien qui peut servir d’électrochoc pour revitaliser la ville et lui redonner la place qu’elle devrait occuper sur l’échiquier québécois. D’ailleurs on ne trouve aucune solution vraiment concrète pour le développement de ces créneaux dans le SADR.

Est-ce la raison pour laquelle, dans sa vision stratégique, la Ville veut devenir un chef de file dans le développement de la nouvelle économie basée sur le savoir, la recherche et l’innovation et faire de Saguenay un leader reconnu dans la recherche et l’enseignement? Mais de quoi parle-t-on? Tous les secteurs de l’économie ont besoin du savoir, de la recherche et de l’innovation. Pas clair!

La prochaine chronique nous révèlera si le quatrième créneau peut être plus intéressant pour la Ville de Saguenay.

————————————————————————-

[1] https://www.economie.gouv.qc.ca/objectifs/creer-liens/creneaux-et-poles-dexcellence-accord/

[2] SADR, page 1-39

[3] SADR, page 1-43

[4] SADR, Page 4-21

[5]Créneaux d’excellence / AgroBoréal – MEI (gouv.qc.ca)

[6] Ministère de l’Économie et de l’Innovation, Démarche Accord, Région SLSJ, créneau Agroboréal.

[7] Centre de géomatique du Québec, Étude de faisabilité technico-économique portant sur l’intégration des drones dans le processus de suivi et contrôle des activités d’aménagement forestier. Mars 2002, page 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.