Notre planche de salut? Plus d’interrogations que de réponses!

Voici quelques extraits des déclarations du SADR à propos du créneau « Aluminium »[1] :

« Malgré une économie exportatrice basée essentiellement sur la production d’aluminium [NDLR : 46% de la production québécoise], la proportion de Saguenéens travaillant dans le secteur de la fabrication est plus faible que la moyenne provinciale. En effet, 7,9 % de la population œuvre dans ce secteur, comparativement à 11,7 % pour l’ensemble du Québec »…« Saguenay possède une structure industrielle axée essentiellement sur la production et l’exportation de produits de première transformation »…« Fière de ses grands secteurs d’activités ayant historiquement contribué à son essor, tels …l’aluminium, Saguenay entend soutenir leur développement de façon novatrice. » Voilà pour le SADR!

En fait, en matière d’aluminium, qu’est-ce que le SLSJ représente au niveau mondial[2]? :

Industrie primaire – 217 alumineries produisent plus de 66 000 000 tonnes (66 MT) d’aluminium par année. Les nouvelles alumineries ont une capacité de plus de 1 MT par année. Le SLSJ, avec 4 usines, en produit 1,3 MT soit 1,9 % de la production mondiale.

Industrie secondaire – Le SLSJ possède 5 petites entreprises soit moins de 0,2% des 2 650 entreprises réparties dans 103 pays (dont 522 aux U.S.A) qui transforment l’aluminium primaire en produits finis ou semi-finis pour l’industrie tertiaire.

Industrie tertiaire – Mondialement, l’information n’est pas disponible. On imagine des dizaines de milliers d’entreprises dans les domaines de l’automobile, aéronautique, habitation, transport, loisirs, communication, etc.). On en dénombre environ 140 au SLSJ.

Équipementiers du secteur aluminium: 321 catégories, comprenant chacune des dizaines de fournisseurs d’équipement, se partagent ce marché. Au SLSJ on dénombre vingt-et-un équipementiers.

Chapeau à toutes ces entreprises qui ont su percer le marché mondial malgré toute cette concurrence. Toutefois, elles ne fabriquent pas de petits volumes.

Services – Malheureusement aucune donnée n’existe pour ce domaine (ingénierie, chimie, architecture, etc…)

Conclusion – Malgré que le SLSJ ait une place enviable au niveau du Québec, on constate que notre positionnement, sur le plan mondial, est plus que négligeable. Et on ne connaît pas les intentions de développement ni à court ni à long termes du propriétaire de nos alumineries.

Les objectifs de la mairesse

En 2014, le gouvernement du Québec déclarait[3] que « la filière de l’aluminium constitue depuis longtemps une industrie d’importance stratégique pour l’économie du Québec ». En 2020, il entame un processus de révision de cette stratégie. La plupart des organismes[4] voués au développement de l’aluminium ont présenté un mémoire. Il semble que cela n’a pas été la meilleure stratégie puisqu’on apprend, le 23 novembre 2020, qu’une table de concertation régionale est mise en place « afin d’établir une stratégie sur le développement de l’aluminium » … à « l’initiative de la mairesse de la Ville de Saguenay[5] ».

Nous n’avons qu’une information partielle relativement à ce secteur de notre économie. La pente à monter est si grande qu’il faudrait quelque chose comme un « plan Marshall ». Or cette industrie est financée, au niveau mondial, à 75% par des intérêts nationaux. Si ce créneau est si important pour le gouvernement du Québec, il est de son devoir d’intervenir, au SLSJ, directement dans des usines de dimensions mondiales pour la transformation secondaire (laminoir, câble, extrusion, etc.). Les coûts de transport sont un faux problème. La très grande majorité des industries primaires et secondaires, en Russie, est installée à des milliers de km à l’intérieur des terres. Pensez-vous que ce soit la simple attribution de redevances sur les barrages qui vont nous sortir de ce marasme? Ce sont des emplois dont nous avons besoin. Le temps des études est révolu, la table de concertation doit s’imposer auprès des gouvernements supérieurs et de l’industrie pour que la «Vallée de l’aluminium» soit fière de porter son nom. La bouchée est trop grosse pour un gouvernement local. Il faut casser le monopole d’une seule industrie dans le domaine de l’aluminium tout comme c’est le cas pour l’industrie forestière.

Que d’énergies humaine et électrique dépensées

 pour si peu d’emplois!

 Jacques Pelletier

[1] Ces extraits sont tirés du SADR, pages 1.32, 1.39 et 4.11

[2] Les données qui suivent proviennent d’une compilation à l’aide des sites Web: https://www.lightmetalage.com/resources-section/primary-producers/  et  http://www.genisim.qc.ca/htmlgif/genisim.htm

[3] Stratégie québécoise de développement de l’aluminium, 2014, page 2

[4] Entre autres, La Société de la Vallée de l’aluminium, Le Syndicat des Métallos, affilié à la FTQ,-               Ville de Saguenay, Le Réseau Trans-Al, Rassemblement de 10 équipementiers majeurs de l’industrie de l’aluminium du Québec et Alu Québec

[5] Inform affaires SLSJ, 23 novembre 2020, https://informeaffaires.com/regional/aluminium/aluminium-la-region-se-mobilise-pour-une-strategie-commune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.