Dans la page éditoriale du Le Progrès de ce samedi 23 juillet 2022, on peut lire dans la rubrique «La semaine sur pause» :

«Marguerite Belley a-t-elle fondé la ville de Jonquière? L’historien Jérôme Gagnon émet des doutes à ce sujet, au moment où Saguenay songe à conférer à cette dame originaire de Charlevoix le statut de personnage historique»

Si M. Gagnon a des doutes, ce n’était pas le cas pour l’historienne Aurore-Russel Bouchard qui a publié en 1997, lors du 150e anniversaire de la ville de Jonquière, un livre de 550 pages[2], intitulé l’ «Histoire de Jonquière».  L’historienne y consacre  dix pages[3] uniquement pour démontrer que la personne fondatrice de Jonquière ne peut être Mme Belley. Les vrais fondateurs y sont nommés.

Je vous invite à lire, ou à le relire pour ceux qui l’ont déjà fait, ce livre très documenté  qui ne laisse aucun doute sur les affirmations de Bouchard. Le Progrès devrait consulter cette historienne pour en savoir davantage.

[1] Titre donné par Russel Bouchard pour la section consacrée à Marguerite Belley dans son livre sur Jonquière (voir ci-dessous).

[2] Russel Bouchard, Histoire de Jonquière, cœur industriel du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des origines à 1997, imprimé aux presses des Ateliers graphiques Marc Vielleux Inc, Cap-Saint-Ignace.

[3] Idem, pages 87 à 96

 

 

3 réponses pour “«Le mythe Marguerite Belley»[1]”

  • Encore un exemple pour démontrer qu’en matière d’Histoire il ne faut pas céder aux tendances du moment de glorifier des personnes qui tout en étant très méritoires ne sont pas nécessairement impliquées dans les événements historiques qui leur sont attribués par la tradition populaire.
    On voudrait tant que les femmes qui furent trop souvent ignorées soient reconnues pour leurs mérites qu’on en invente..

    • Ce qui est le plus déplorable dans cette affaire c’est que les vrais fondateurs ou fondatrices de Jonquière sont passées sous silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.